Pauline Coumes
Sophrologue certifiée
 
Les Lundi, Mercredi, Vendredi et Samedi de 9h à 20h.
 
06 24 17 15 21
 
Pauline Coumes
Sophrologue certifiée

Respirer mieux pour respirer bien !

On ne sait pas respirer ou du moins on respire mal. Cette affirmation peut surprendre mais cette action aussi banale que vitale n’est, en réalité, pas si évidente. Et pourtant, maîtriser sa respiration en conscience, c’est aussi maîtriser ses émotions et miser sur son bien-être. C’est ce qu’il se passe lorsque l’on pratique la respiration abdominale.

 

« Seuls trois être vivants respirent par le ventre naturellement : les bébés, les chiots et les poissons ! » Susan Oubari, co-auteure du livre "Breathwork, respirer pour changer" (éd. Flammarion)

 

En moyenne, nous respirons près de 26 000 fois par jour. Sur une vie, ce chiffre colossal est pourtant entaché par un blocage propre à notre civilisation : le stressNos vies trépidantes tendent à porter notre respiration saccadée et parfois coupée au niveau de la cage thoracique. En bloquant notre respiration à cet endroit, on ne respire qu’à moitié et on ne permet pas aux poumons de se déployer pleinement. La solution pour décompresser et lâcher prise : la respiration abdominale.

Qu’est-ce que la respiration abdominale ?

Cette forme de respiration qui passe par le ventre existe naturellement chez l’Homme lorsqu’il est bébé. En observant un nourrisson, on s’aperçoit qu’il se tient droit, légèrement cambré et qu’il respire par le ventre. Mais avec le temps, l’Homme se tasse, se sédentarise, se sert de son cerveau analytique et se ferme ne permettant ainsi qu’un souffle limité vers le haut.
La respiration abdominale passe par le bas du corps et permet une plus grande amplitude des poumons. 

Pourquoi pratiquer la respiration abdominale ?

Parce que l’on respire quotidiennement de façon superficielle, réapprendre à respirer c’est apprendre à évacuer le stress, les peurs, les tensions, les inquiétudes. C’est calmer la pression sanguine et diminuer les hormones du stress que sont l’adrénaline et le cortisol.  Adopter une respiration consciente en se concentrant sur notre ventre dès qu’on en ressent le besoin ou pour surmonter une situation complexe, c’est se rendre plus disponible, gérer ses émotions et réfléchir mieux. On dit du ventre qu’il est notre deuxième cerveau. Pas étonnant alors qu’en respirant avec lui, on soigne également notre premier cerveau. De plus, la respiration abdominale conscientisée offre un massage à notre organisme tout entier. On fait de la place dans le ventre pour que nos organes se desserrent.

Comment pratiquer la respiration abdominale ?

Opter pour la vraie respiration diaphragmatique ou abdominale consiste à inspirer doucement et profondément par le nez et à expirer aussi profondément par la bouche. Et cela trois fois d’affilée afin de parvenir à lâcher prise. Se forcer, au début, à respirer par le ventre et sur de courtes sessions permet de s’habituer petit à petit. De cette façon, le cerveau associe cette respiration au bien-être et crée un cercle vertueux. Ainsi, dès que l’on se met à pratiquer la respiration abdominale, un message de détente est envoyé au cerveau qui s’exécute aussitôt.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.